"Jenny et ses Sœurs" ou la poésie théâtrale engagée de Jenny des Corsaires

 Jenny, Molly, Naty, Chery, Polly, Mony,

 Et la petite Dolly…

 Un personnage, une femme, multiple et unique.

 Rêves, évasions, désirs de voyages télescopent une réalité crue, brutale, bestiale.

 Mécanique implacable d’une violence quotidienne devenue banale, subie dans les songes salvateurs d’un ailleurs, d’un possible, d’un amour attendu, d’un amour à venir.

 Il y a du Ionesco et du Beckett bien sûr dans ces lignes qui nous rappellent qu’inlassablement, nous attendons tous Godot, mais il y a aussi du Queneau, dans l’inexorable répétition du même. Il y a du Brecht, aussi, dans la folie de ce quotidien modeste, sans compromission, aux valeurs inversées, dont l'opéra nous offre le cri onirique, muet, étouffé.

 Un très beau texte à découvrir.

 

   Gaëlle Sartre-Doublet


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nouvelle maison d'édition littéraire : La Mêsonetta

"Encre Indélébile" de Malicia Peters-Hasmann ou le lyrisme moderne