Articles

"Encre Indélébile" de Malicia Peters-Hasmann ou le lyrisme moderne

Image
"Encre Indélébile" de Malicia Peters-Hasmannoule lyrisme du XXIe siècle    "Encre Indélébile" est un recueil de poésie où l'imagination époustouflante, la sensibilité rare et la délicatesse exceptionnelle de Malicia Peters-Hasmann donnent un nouvel élan au lyrisme poétique moderne. Lire Malicia, c'est redécouvrir la poésie comme première source émotionnelle de la Grande Littérature mais c'est aussi s'ouvrir à une philosophie existentielle pure, saine, qui déguste les plaisirs de la vie avec toute la richesse de sa maturité et de son expérience.     Au fil des poèmes, nous remontons, petit à petit aux sources de l'Humanisme le plus rassurant, bercés tendrement par les mots, les vers et la prose de Malicia qui illuminent notre navigation littéraire que nous soyons sous une couette, sur l'herbe d'un parc ou dans les transports en commun. Il y a enfin, dans la musicalité de ce recueil poétique, le parfum d'un lyrisme lointain, renaissant…

"Cinq Grotesques" de Didall

Image
L'un des meilleurs recueils de nouvelles de l'année 2020, à lire sur liseuses, portables ou tablettes dans les transports en commun. Un vrai régal...Aux Éditions de La Mêsonetta, collection Hikikomoris en sortie. https://la-mesonetta.net/milieu/Hikikomoris%20en%20sortie.html



La scène de rencontre : un ravissement délicieux pour le lecteur, un saut périlleux pour l'écrivain

Image
Incontournable dans une oeuvre, la scène de rencontre est un moment très étudié en Littérature. C'est toujours un passage attendu ; une page que l'on relit, des lignes que l'on prend le temps de déguster, des phrases ou des vers que l'on recopie sur un petit carnet pour les garder précieusement dans un écrin de papier afin qu'un jour l'occasion se présente pour les partager avec autrui. Chacun.e d'entre nous a été marqué.e par la lecture d'une scène de rencontre et pour aller plus loin, nous vous recommandons l'incontournable livre d'étude littéraire _ devenu une référence chez les Lettreux _ de Jean Rousset "leurs yeux se rencontrèrent" chez José Corti .    Bien sûr, il y a la reine des scènes, la plus célèbre, la plus classique : "Ce fut comme une apparition" de Gustave Flaubert dans "L'Éducation sentimentale", de ce fait, la plus étudiée. Il y a aussi l'envoûtante mais très interdite et récusable de &quo…

Ligne éditoriale de La Mêsonetta

Image

Bienvenue à La Mêsonetta

Image

Améthyste 1991 aux Éditions de La Mêsonetta

Image
Recueil de poésies aussi sensuelles que saisissantes, aussi clairvoyantes que désenchantées qui oscillent entre Rimbaud et Apollinaire, version moderne.
Extrait :  "On dit que l’ALCOOL tue Qu’il faut mettre sa ceinture de sécurité Mais qu’est-ce que la vie sans l’ivresse Une série de contingences De problèmes exaspérés J’en veux à notre époque D’avoir tué la naïveté La candeur l’innocence Et de ne laisser qu’entrevoir L’attristante réalité ... Je vous adresse mon améthyste Pour mieux conjurer le sort De ma génération sacrifiée"
https://www.la-mesonetta.net/milieu/Le%20Chant%20du%20Gousli.html
litteraturefrancaise#poésiefrançaise

1+1+1=1 de Diane de Pottier aux Éditions de La Mêsonetta

Image
Roman contemporain qui retrace le parcours d'une jeune femme sous le poids de la société patriarcale. "Souviens-toi de l'un des passages les plus tragiques de ton enfance littéraire, un passage à la poésie dramatique envoûtante, gravé dans ta mémoire en ces quelques lignes : — Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ? La sœur Anne répondit : — Je ne vois rien, que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie… Souviens-toi de ce moment de l'histoire où la catharsis a joué, rien que pour toi, sa plus belle partition, cet instant où l'héroïne, ici femme de Barbe Bleue dont tu ne connais rien, à part le prénom de sa sœur et l'existence de deux frères tant attendus, semble perdue. Cet instant sublime de fusion entre toi et ce personnage, où, partagée que tu as été entre le sentiment de condamnation — mais pourquoi cette petite sotte a-t-elle ouvert cette porte nom d'une pipe ? — et celui de la pitié — Non, pas ça, il va l'étriper ce salaud, ce gros dégue…