Nuit Capitale ou la versification classique au service de l'Amour sublimé

 


  Jenny, vivant en solitaire au milieu des Terres Glaciales dans la région des grands lacs, déjà évoquée dans le précédent recueil de poésie "Le Sacre du Cocon", sort en grand secret de sa forteresse, pour rejoindre son brûlant Amour qui vit dans la capitale. Puis elle revient et de sa Tour, compose douze poèmes épistolaires.

  Ce nouveau recueil nous plonge dans un univers hors du temps socialement reconnu où l'Amour profond et sublimé prend son ampleur dans une versification classique maîtrisée mais rejouée au service de l'intensité des sentiments.

  Il faut, effectivement, connaître parfaitement la versification française pour entendre la musique poétique de Jenny des Corsaires qui n'a peur ni de la gifle du vers trisyllabique, ni du fougueux heptasyllabe du Moyen-âge, encore moins du déséquilibre emblématique et mal aimé de l'ennéasyllabe. Le jeu des rimes, propre à l'écriture de Jenny des Corsaires se libère des dispositions traditionnelles embrassées, croisées et suivies pour affirmer la naissance d'une poésie du XXIe siècle dans toute sa force ludique.

Bonne lecture poétique à tous...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nouvelle maison d'édition littéraire : La Mêsonetta

"Encre Indélébile" de Malicia Peters-Hasmann ou le lyrisme moderne